La probabilité que vous donniez naissance à un bébé qui ne sera jamais pareil aux autres n’est jamais nulle. Le handicap, de quelque nature qu’il soit, peut être diagnostiqué à différents moments : pendant la grossesse, à la naissance, après quelques mois ou quelques années de vie. Si cela vous arrivait, vous devez prendre votre courage à deux mains et l’affronter décemment.

Votre réaction

Il est tout à fait normal que vous vous sentiez complètement dépassé par la situation. Si vous avez l’impression que votre monde est en train de s’écrouler, c’est normal. D’ailleurs, vous serez probablement prise entre diverses émotions : douleur, déni, colère, tristesse, etc. Mais au bout d’un certain temps, vous finirez par prendre conscience de la situation et finirez par l’accepter. Certes, au début, l’acceptation n’est pas totale. En fait, il est fort probable qu’elle ne le soit jamais. Mais en tout cas, une longue discussion avec votre médecin traitant vous permettra de mieux comprendre de quoi votre enfant souffre. Cela vous aidera certainement à mieux vous faire à l’idée.

Les soins et besoins particuliers

Peu importe le handicap de votre enfant (physique, mental, malformation, trouble de développement, maladie génétique rare, etc.), vous devriez toujours lui prodiguer certains soins particuliers. De même, il aura certains besoins spécifiques. Pour les connaître, prenez conseil auprès du médecin qui a diagnostiqué la maladie de votre enfant. En général, il devra être en mesure de vous mettre en contact avec d’autres professionnels qui vous aideront, vous et votre enfant. Il pourrait donc s’agir d’un éducateur, d’un psychologue, d’un ergothérapeute ou autre. Mais quoi qu’il en soit, vous devez avoir conscience que vous êtes le premier responsable de votre enfant en tant que parent. Les accompagnements spécifiques seront alors vains si vous ne lui témoignez pas votre soutien. Votre amour inconditionnel est la thérapie la plus importante dont votre enfant a besoin.

Selon l’handicap de votre enfant, vous pourrez être amené à votre enfant un équipement médical adéquat. Par exemple, s’il a besoin de se déplacer en fauteuil roulant, optez pour un fauteuil avec motorisation électrique afin de lui offrir plus de liberté dans ses mouvements. Sachez aussi que la prise en charge de votre enfant va vous coûter assez cher. Les visites chez le médecin, les médicaments et les équipements médicaux ne sont pas gratuits. Alors, pensez à vous informer des soins et équipements remboursés par la sécurité sociale. Si certains ne sont pas pris en charge, voyez du côté des mutuelles santés. Elles peuvent proposer des offres qui couvrent certains des soins de votre enfant. Puis, n’oubliez pas de tenir compte des aides que l’Etat peut vous proposer. Ces aides peuvent concerner l’achat d’équipement médical, les travaux d’accessibilité de votre intérieur, etc.

Conclusion

Il convient enfin de noter que vous devez également faire face aux réactions de votre entourage par rapport au handicap de votre enfant. La meilleure façon de ne pas en être blessé est de ne pas cacher votre enfant. Au contraire, mettez tout le monde au courant et n’ayez surtout pas honte de la chair de votre chair.

error

Vous trouvez cet article intéressant ? Si c'est le cas, partagé le avec vos amis ! 😋